Depuis 1973, John Neumeier est directeur et chorégraphe du Ballet de l'Opéra de Hambourg, ainsi que "Ballettintendant" depuis 1996. Né en 1942 à Milwaukee (Wisconsin/USA), John Neumeier étudie la danse classique dans sa ville natale avec Sybil Shearer (disciple de Doris Humphrey), puis à l'Université de Marquette (Wisconsin), où il obtient son diplôme de Bachelier en Arts, Littérature et Théâtre.
Passant par Copenhague, il travaille avec Véra Volkova, puis va suivre les cours de la Royal Ballet School de Londres. C'est là que Marcia Haydée et Ray Barra le "découvrent" en 1963, et le recommandent à John Cranko qui lui propose aussitôt un engagement au Ballet de Stuttgart, où il est promu soliste. C'est au sein de cette Compagnie que John Neumeier va créer ses premières chorégraphies.
En 1969, Ulrich Erfurth appelle John Neumeier à la direction du Ballet de Francfort. Très vite, Neumeier s'y fait remarquer en remaniant "Casse-noisette" et "Roméo et Juliette" (1971) ou "Daphnis et Chloé" (1972). Il y donne aussi sa version hallucinante du "Sacre du Printemps".
En 1973, il quitte Francfort pour Hambourg, à l'invitation d'August Everding. Sous la direction de John Neumeier, le Ballet de Hambourg prend une dimension internationale.

Le chorégraphe
En remontant les ballets classiques il en respecte la tradition, mais il recherche aussi une forme de discours originale, parmi ses "relectures" citons : "Illusions - comme 'Le Lac des cygnes'" (1976), "La Belle au bois dormant" (1978), "Don Quichotte" (1979), "Pétrouchka" (1982), "Giselle" (1983), "Sylvia" pour le Ballet de l'Opéra de Paris (1997), mais aussi ses ballets shakespeariens: "Le Songe d'une nuit d'été" (1977), "Amleth" pour le Ballet Royal du Danemark (1985 - "Hamleth" 1997), "Othello" (1985), "Comme il vous plaira" (1985) et "VIVALDI ou La Nuit des Rois" (1996). Il se passionne pour les sujets et les personnages mythiques de source littéraire: "La Dame aux camélias" (1978), "La Légende du Roi Arthur" (1982), "Un tramway nommé Désir" (1984), "Peer Gynt" (1989), "A Cinderella Story" (1992), "Ondine" (1994), "L'Odyssée" (1995), "La Mouette" (2002), "Mort à Venise" (2003), "Parzival – épisodes et écho" (2006) et "Orphée" (2009). À ce jour sa dernière création est "Liliom" (2011). Mais ses engagements les plus profonds demeurent l'exploration de l'oeuvre de Gustav Mahler: "Troisième Symphonie" - 1975, "Quatrième Symphonie" pour le Royal Ballet à Londres - 1977, "Première et Dixième Symphonie" pour le Ballet du XXème siècle - "Lieb' und Leid und Welt und Traum" - 1980, "Sixième Symphonie" - 1984, "Cinquième Symphonie" - 1984, "Neuvième Symphonie" - "Zwischenräume" 1994. , "Septième Symphonie" - "Nachtswanderung" - 2005. Ainsi que la quête spirituelle avec Bach ("La Passion selon Saint-Matthieu" - 1981, "Magnificat" pour le Ballet de l'Opéra de Paris - 1987), Mozart ("Requiem" - 1991) et Haendel ("Le Messie" - 1999). Pour le concert du nouvel an 1999 à Vienne il chorégraphie des valses de Strauss pour le Ballet d'État Viennois. En 2001, il chorégraphie "Sounds of Empty Pages" pour le Ballet du Théâtre Mariinsky à Saint-Pétersbourg qu'il dédie à Alfred Schnittke; il fut ainsi le premier chorégraphe de l'ouest a crée un nouveau ballet pour cette compagnie après plus de 100 ans. Le 15 avril 2005, "La Petite Sirène" qu'il crée pour le Ballet Royal du Danemark, un hommage à Hans Christian Andersen à l'occasion du bicentenaire de la naissance du poète, inaugure le nouvel opéra de Copenhagen. En 2009, John Neumeier crée "Le Pavillon d’Armide", un ballet dont la figure centrale est une nouvelle fois Valsav Nijinsky.

Parmi les nombreuses activités du Ballet de Hambourg, les "Ballett-Werkstatt", conférences appuyées de démonstrations illustrant des thèmes ou permettant l'analyse de chorégraphies, sont très suivies. Les "Journées du Ballet de Hambourg" (un festival de danse - créé en 1975 - qui s'achève par le "Gala Nijinsky") sont également devenues une tradition de renommée internationale.

De nombreuses tournées ont conduit le Ballet de Hambourg à travers le monde, de l'Amérique du nord à l'Amérique du sud, en Russie, au Japon, en Chine et dans la plupart des pays européens.

John Neumeier se consacre aussi à l'enregistrement audiovisuel de ses ballets, entre autre la "Troisième Symphonie de Gustav Mahler", "La Légende de Joseph" et "Othello". En 1978, il reçoit la "Caméra d'Or" pour une série télévisée sur ses "Ateliers", et en 1988, le film tiré de son ballet "La Dame aux camélias" a obtenu la médaille d'or au Festival de Télévision de New York. En 2002, le ballet "Illusions: comme 'Le Lac des cygnes'" sort en DVD. En 2004, "Mort à Venise" est filmé pour la télévision au Festspielhaus de Baden-Baden ainsi que "La Passion selon Saint-Matthieu" en 2005. La même année son ballet "Sylvia" est filmé à l'Opéra Bastille avec les danseurs du Ballet de l'Opéra de Paris.

John Neumeier a créé de nombreux ballets comme chorégraphe-invité, entre autres pour l'American Ballet Theatre, le Ballet National du Canada, le Ballet de Tokyo, le Ballet du Grand Théâtre de Genève, Le Ballet du Théâtre Mariinsky ainsi que pour les Opéras d'État de Munich, Berlin, Dresde et Vienne.

Le danseur
John Neumeier - metteur en scène - a aussi monté "Otello" de Verdi à l'Opéra National de Bavière ainsi que "West Side Story" et "On the Town" de Leonard Bernstein à l'Opéra de Hambourg. John Neumeier en tant que danseur ne s'éloigne pas non plus de la scène: il tient souvent le rôle principal dans "La Passion selon Saint-Matthieu". En 1984, Béjart a composé pour lui et Marcia Haydée Les Chaises, d'après la pièce de Ionesco, qu'ils danseront entre autre à New York, Zurich, Buenos Aires, São Paulo, Rio de Janeiro, Tel Aviv, Berlin, Essen, Paris et Copenhague.

L'école de ballet
Depuis 1978, John Neumeier dirige également l'École de danse qu'il a fondée à l'Opéra de Hambourg. En 1989, l'École de danse et le Ballet se sont installés dans un "Centre de la danse" qui abrite neuf salles de répétition, ainsi qu'un internat. À ce jour, plus de 80% des danseurs de la compagnie sont des diplômés de l'École de danse.

Prix et récompenses
De nombreuses distinctions lui ont été décernées, parmi lesquelles le "Dance Magazine Award" (1983), le titre de Docteur Honoris Causa ès Arts en 1987 de l'Université de Milwaukee, le "Prix de la Danse Allemand" et en France le "Prix Diaghilev" (1988). En 1992, il reçoit à Moscou "Le Benois de la danse", deux ans plus tard au concours "Maya '94" le Prix de la meilleure chorégraphie pour son pas de deux "Carmen", la médaille d'honneur de la Ville de Tokyo, la médaille d'or "Carina Ari de Suède" et ainsi que le "Bürgerpreis" de Hambourg. En 1996, le Ministère des Arts de Pologne lui décerne la "Médaille Nijinsky" et en 1997, il reçoit à Tokyo, le "Min-On International Award for Arts". Il est titulaire de "L'Ordre du mérite de l'Allemagne fédérale" (1987) et le Ministère Français de la Culture l'a fait "Chevalier des Arts et Lettres" (1991). En 2000, John Neumeier reçoit l'"European Prince Henrik Award" et est décoré par la reine Margrethe II du Danemark de l'"Ordre Danebrog" en or (Chevalier de 1er grade). En 2001 pour son ballet "Le Messie" il reçoit le "DANZA & DANZA Magazine Award" et pour "Nijinsky" le "Bayerischen Theaterpreis 2001". En avril 2002, John Neumeier reçoit la plus haute décoration russe des arts de la scène le "Masque d'or", en octobre, au Danemark, le "Prix Wilhelm Hansen" et en décembre, il est nommé "Membre d'Honneur de l'Opéra de Dresde". En 2003, le sénat de la ville de Hambourg lui décerne la "Médaille des Arts et des Sciences", la plus haute distinction culturelle de Hambourg et il est nommé "Chevalier de la Légion d'Honneur" par le Président de la République Française, Jacques Chirac. En 2004, il reçoit en Italie le "Prix Porselli - Une vie pour la danse". En novembre 2004, il est nommé "Ambassadeur de Hans Christian Andersen 2005" pour l'Allemagne pour le bicentenaire de la naissance de l'écrivain et en 2005, il reçoit le "Prix Saeculum". En avril 2006 la production de son ballet "Le Songe d'une nuit d'été" pour le Théâtre du Bolshoï est récompensée par le "Masque d'or" comme meilleure production de danse contemporaine de Moscou pour l'année 2005. En mai 2006, il reçoit de la ville de Hambourg le "Portugaleser" d'argent, en décembre à Monte-Carlo de la princesse Caroline de Hanovre lui présente le "Nijinsky Award 2006" pour l'ensemble de sa carrière et est nommé à Hambourh "Citoyen de l'année 2006". En mai 2007 il reçoit pour l'ensemble de sa carrière le Prix de la critique allemande, en juin, la ville de Hambourg lui décerne le titre de Citoyen d'honneur et en octobre il reçoit à Baden-Baden le "Prix Herbert von Karajan 2007". En mars 2008 à l'occasion du jubilé des 25 ans du "Prix de la Danse Allemand" le prix lui est décerné pour la seconde fois pour l'ensemble de son oeuvre. En avril 2009 il reçoit le "Prix Hans Christian Andersen". En 2012, le "Prix Gustaf Gründgens", le "Transatlantic Media & Communication Award" de la Chambre Américaine de Commerce en Allemagne et l'"Odre de l'amitié" de la Fédération de Russie.

En février 2006, John Neumeier crée la Fondation John Neumeier dans le but de maintenir la pérennité de sa collection d'objets et de documents relatifs à la danse et au ballet ainsi que son œuvre chorégraphique. Elle en assure aussi à la ville de Hambourg son siège.

John Neumeier soutient "Hamburg Leuchtfeuer" et son hospice depuis sa fondation. Il est membre du conseil administratif du Centre Universitaire de Cardiologie et de Chirurgie Cardiovasculaire de Hamburg (Herzzentrum Hamburg).

En 2011, John Neumeier fonde en Allemagne le Jeune Ballet National. La compagnie, composée de huit danseurs, est en résidence au Ballettzentrum de Hambourg.

 

Comment La danse a lançé un américain
à la conquète du vieux monde
Jacqueline Thuilleux

 

John Neumeier
 

 

 
 
Contact · Sitemap · Search · Impressum
top of pagego back